Notre projet concernant l’évaluation

Pour nous, l’évaluation fait partie intégrante de la formation. Elle est un jalon du chemin parcouru et fournit des repères sur le processus d’acquisition. Elle constitue un outil indispensable pour la progression de chaque étudiant et stagiaire. Elle est utilisée dans cet objectif, et en aucun cas elle n’est une évaluation sommative, pointant les manques. Au contraire elle est formatrice, mettant en évidence les acquisitions réalisées. L'évaluation est envisagée au service de l’étudiant, comme un moyen d’atteindre son objectif : se former, avec éventuellement le passage d’un diplôme.
Dans cette perspective, et avec des adaptations selon les exigences réglementaires des formations, l’évaluation au CERPE comporte les caractéristiques globales suivantes :
- Elle est individuelle. D’une part, une évaluation n’est jamais remise collectivement. Elle est rendue individuellement, avec discussion auprès de l'étudiant ou stagiaire. D’autre part, le travail fourni est évalué en fonction de l’étudiant lui-même, de sa progression, et jamais selon un barème collectif.
- Il s’agit d’une co-évaluation, autant que faire se peut. Il ne s’agit pas d’une sanction d’un travail, mais d’une tentative de compréhension de l’état des acquisitions et de leur traduction dans un écrit ou un oral. L’objectif est de renforcer la confiance qu’a l’étudiant de lui-même et de l’aider dans sa progression. Dans ce sens, une évaluation ne peut pas être, pour nous, négative, mais juste être à la recherche d’un état des lieux et des pistes de poursuite du travail engagé.
- Les évaluations internes à la formation ne sont jamais notées, d’une quelconque manière. Outre la validité, sensibilité et fidélité très discutables que l’on peut attribuer à des notes ou à une échelle de lettres, toute notation risque d’être comprise comme une sanction définitive, plus paralysante qu’incitant à la progression. Une explicitation circonstanciée avec un formateur est plus à même de fournir des éléments de compréhension des éléments acquis, de ceux qui restent à acquérir et des moyens pour y parvenir.
Quand les textes réglementaires obligent à une notation, le principe est de redonner tout son sens à une évaluation sommative ou normative. Elle est en effet comprise comme un indicateur d’une performance sensée rendre compte d’une compétence. Or le but de la formation consiste dans l’acquisition minimale de la dite compétence. Si l’évaluation à un moment donné montre que cette compétence n’est pas acquise, c’est que pour une raison à déterminer, la formation n’a pas encore atteint son but, et qu’il faut par conséquent la compléter, jusqu’à ce que la performance de l’évaluation en montre la maîtrise attendue. La note en définitive attribuée à l’étudiant ne peut donc pas être inférieure à la moyenne, ou à un autre seuil défini par l’équipe de formateurs.

Pour mener à bien notre projet, l’évaluation doit donc rester un moyen au service de l’étudiant et de son parcours de formation, et en aucun cas devenir un but. C’est le désir réussir la formation entreprise qui doit être le moteur de l’implication de l’étudiant et non la recherche d’une évaluation extérieure positive ou la crainte d’une négative.